Le top 5 des métiers du Marketing d'influence – L'Etudiant

Le top 5 des métiers du Marketing d’influence
Proposé par ESC Clermont Business School
Le marketing d’influence, au-delà du simple outillage numérique, est un art à part entière qui gravite autour de la planète digitale et mise aujourd’hui sur les ambassadeurs de marque, également nommés influenceurs. En d’autres termes, la notoriété devient un élément clé afin de diffuser un message percutant sur le web et les réseaux sociaux.
Envie de plonger au cœur d’un univers captivant ? Voici le TOP 5 des métiers du marketing d’influence – des postes pour la plupart accessibles grâce à aux formations d’excellence dispensées par l’ESC Clermont Business School.
Le marketing d’influence a bouleversé le marketing traditionnel. Son rôle est d’harmoniser le discours des organisations pour leur donner du sens, tout en offrant une place de choix aux influenceurs. Les métiers du marketing d’influence s’appuient sur de puissants leviers tels qu’une communication efficace et pertinente, des interactions riches et variées avec les internautes et l’animation de communautés grandissantes sur le web.
Au sein de grandes entreprises ou en agence de communication et marketing, le social media manager est toujours à l’affût de nouvelles tendances en matière de marketing digital. Il porte plusieurs casquettes : analyse, stratégie, veille, management… Ses principales missions sont d’améliorer la visibilité et l’image de marque d’une entreprise à travers une stratégie social media (cible, ligne éditoriale, positionnement, etc.). Le Social Media Manager doit également suivre et analyser les résultats des stratégies mises en place.
Le métier de social media manager est accessible avec un niveau d’études bac+3 en communication, marketing ou métiers du numérique par exemple. Néanmoins, comme pour tout poste à responsabilités, un niveau bac+5 est recommandé afin de développer des compétences managériales. Post-études, vous pouvez prétendre à un salaire compris entre 27 000 et 33 000€ brut par an.
Doté d’une culture web et d’une maîtrise des réseaux sociaux, le community manager applique les stratégies mises en place par le social media manager. Il s’assure de la présence d’une marque ou d’une entreprise sur les réseaux sociaux en animant une communauté d’internautes et en publiant des contenus sur les réseaux sociaux. Il veille également à la bonne réputation d’une marque sur Internet, c’est ce qu’on appelle l’e-réputation. Afin de fédérer une communauté, le community manager doit être créatif, réactif, et surtout passionné !
Vous pouvez devenir community manager après un bac+2 ou bac+3 en universités ou en école de commerce, de marketing ou de communication par exemple. Si vous souhaitez enrichir votre expérience professionnelle, vous pouvez envisager de poursuivre vos études en alternance et d’atteindre un niveau bac+5. La prétention salariale en tant que Community Manager junior se situe généralement entre de 25 000 € et 30 000 € brut annuel.
Aussi connu sous le nom de responsable de contenu marketing web, le brand content manager est chargé de la création et de la gestion des contenus numériques pour une entreprise. Le but de sa mission est d’établir la stratégie éditoriale d’une marque afin de créer une relation durable avec ses consommateurs. Véritable chef d’orchestre, il travaille très souvent en étroite relation avec une équipe de directeurs artistiques, community manager, intégrateurs web, etc.
Ce métier est accessible après l’obtention d’un master en université ou école de commerce, de communication ou de marketing par exemple. Une spécialisation en marketing digital ou e-commerce et quelques années d’expérience sont souvent appréciées des recruteurs. Approximativement, le salaire du brand content manager, en début de carrière, est de 50 000 € brut annuel.
Le directeur digital marketing met en place les stratégies digitales d’une entreprise dans le but d’améliorer la visibilité et les ventes de la marque. Il doit être en mesure de suivre la stratégie élaborée, mesurer sa performance et analyser le trafic du site internet ou de l’application mobile. Selon la structure de l’entreprise ou l’agence où il travaille, le directeur digital marketing peut également avoir une casquette managériale.
Vous pouvez devenir directeur digital marketing avec un niveau bac+5 en école de commerce, de marketing ou communication notamment. Une spécialisation en e-commerce, métiers du numérique ou marketing digital est un plus ! Le revenu pour un junior peut varier entre 45 000 et 75 000 € brut par an selon l’expérience.
L’ agent d’influenceurs est le représentant d’individus ou de personnalités très en vogue sur le Web. Grâce aux milliers d’abonnés qui les suivent au quotidien, les influenceurs sont considérés comme de véritables ambassadeurs de marque pour les entreprises. La personne en charge des partenariats et des négociations commerciales n’est autre que l’agent d’influenceurs, qui joue également un rôle d’accompagnateur et d’encadrant, tant au niveau des choix de collaborations que de l’image véhiculée sur les réseaux sociaux. L’influenceur doit atteindre un certain capital sympathie auprès des internautes et augmenter sa visibilité. Son agent doit être en mesure de proposer des contenus innovants, adaptés à son profil, ses envies et ses projets, afin qu’ils soient publiés par la suite sur Facebook, Instagram ou Twitter. La rémunération est extrêmement variable d’un agent d’influenceurs à l’autre. Elle dépend de la notoriété de l’influenceur, de son nombre d’abonnés et de son domaine de spécialisation.
Nicolle est venue de Colombie pour étudier à l’ESC Clermont Business School. Cette jeune femme trilingue a pu suivre une année d’études en double diplôme, grâce au partenariat établi entre son école basée en Amérique du Sud et l’école de commerce de Clermont-Ferrand. Actuellement, Nicolle est agent d’influenceurs chez Just Go Agency, une agence spécialisée en famille et parentalité. “Ce qui me plaît, c’est que je fais vraiment de tout. Ça varie d’une agence à l’autre, mais on dispose d’une modalité qui nous permet de travailler avec plusieurs marques en même temps et d’assurer des collaborations pour des influenceurs« , explique-t-elle.
Au quotidien, Nicolle travaille avec des personnes profitant d’une forte popularité sur le web et les réseaux sociaux. Elle les accompagne et les représente, dans un climat de confiance partagée. En parallèle, elle se charge de respecter à la lettre chaque étape d’une campagne d’influence et touche également à la gestion de projet. Négociation, objectifs de communication, indicateurs clés de performance, marketing “pur”… Autant de critères à prendre en compte pour mener à bien ses missions et répondre aux besoins spécifiques des marques qui sollicitent son expertise.
En compagnie de 4 autres collaborateurs, Nicolle s’occupe de 24 talents (ou influenceurs). La jeune femme traite les demandes de partenariats, participe à des visioconférences et des réunions pour présenter les influenceurs aux marques intéressées et analyser les opportunités pouvant se déployer par la suite. “La prospection fait également partie de mon métier. Je dois me mettre en quête de nouveaux partenariats, avec de nouvelles marques (…) Dans mon agence, on représente les influenceurs, mais il existe également des agences qui offrent leurs services de marketing d’influence aux marques », poursuit Nicolle.
Just Go Agency compte parmi ses clients de grandes marques. Nicolle nous confie que “chaque influenceur a ses convictions personnelles, son opinion. (…) Pour l’un de nos clients, une influenceuse représentée par notre agence a participé à une semaine de sensibilisation au handicap. Elle a fait une conférence et plusieurs prises de parole dans ce contexte (…) Travailler avec le responsable communication, faire vivre ce genre d’événement, je trouve ça tellement captivant !”

L’ancienne étudiante de l’ESC Clermont Business School a pu compter sur le soutien de son école pour décrocher ce premier emploi. “Le réseau déployé par l’ESC Clermont Business School est très porteur. Il nous permet d’échanger avec des professionnels, dans l’optique d’évoluer, de trouver un stage, une alternance, quelque chose qui matche avec notre parcours et ce que l’on souhaite faire dans la vie”.
Enfin, selon elle “les softs skills sont des aptitudes comportementales que l’on challenge au quotidien (…). Oui, je suis basée à Clermont-Ferrand, mais les clients, eux, viennent de partout (…). Je suis amenée à parler français, très souvent anglais … Et espagnol, bien évidemment !”. C’est sans doute, selon Nicolle, l’un des aspects les plus intéressants du métier d’agent d’influenceurs.
Les métiers de la communication digitale et du commerce online poursuivent leur progression. Un véritable boom qui traduit les nouveaux enjeux de nos sociétés, qu’ils soient d’ordre économique, sociologique, environnemental ou politique. Pour répondre à cette montée en puissance sur le marché de l’emploi, l’ESC Clermont Business School a lancé, début 2021, son Bachelor Communication digitale & E-Business co-construit avec des entreprises expertes de la communication et du commerce en ligne (la Digital League). L’établissement donne à chacun l’occasion d’accéder à un métier dynamique et passionnant, en France comme à l’international, grâce à un programme de haut niveau.
Le Bachelor Communication digitale & E-Business, d’une durée de 3 ans, est l’un des seuls Bachelor de l’Hexagone permettant aux étudiants d’obtenir un grade licence (niveau bac+ 3). En effet, ce programme est reconnu par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Innovation. Un gage de fiabilité et de crédibilité quant à la qualité de la formation délivrée par l’ESC Clermont Business School, y compris à l’étranger grâce à trois accréditations internationales.
Bon à savoir : 70 places sont ouvertes à compter de 2022, alors n’attendez plus et rendez-vous ICI pour connaître toutes les modalités d’admission.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.